Culture

Patrimoine

Nature-Plein Air

Art de Vivre

Circuit Paul Ricard

Agenda

[seopress_breadcrumbs]

L’histoire du Castellet : village médiéval perché

Ce village fortifié est empreint de la douceur de vivre et de l’accent cher à Pagnol qui, séduit par le lieu, choisit d’y tourner « La femme du boulanger » en 1938.

Le château seigneurial du XVème siècle offre sa belle et large façade donnant sur la place du Champ de bataille cernée d’anciens remparts qui s’ouvrent en poterne sur un paysage magnifique. Toute proche, l’église de la transfiguration du Sauveur garde le cachet de la lointaine époque de sa construction (début du XIIème siècle). Plus bas, les oratoires (pas moins de vingt) invitent à la découverte de ces paysages où le silence contraste avec le flot continue de la mer qui se trouve à deux pas…

Le village médiéval du Castellet est un véritable bijoux d’histoire et de culture provençale, un incontournable !

Les Monuments à visiter

L’église Saint-Sauveur de la transfiguration

En 1939, l’église, la façade du château et les remparts sont inscrits à l’inventaire complémentaire des monuments historiques.
L’église Saint-Sauveur de la transfiguration est édifiée en 1030 par l’Évêché de Marseille. Elle est orientée vers Jérusalem.
Son existence n’est mentionnée qu’en Décembre 1153, elle est placée sous le vocable « transfiguration du Christ », et deviendra plus tard église Sainte-Claire de Vienne.
En 1754, devenue trop étroite, elle est agrandie. L’orientation est changée et deux voûtes gothiques sont bâties. La nef latérale est construite et la partie romane de la façade, surmontée d’un clocher à trois arcades, est coiffée d’un petit campanile.

Le château

Le château a subi plusieurs remaniements au fil des siècles. Le premier édifice a été érigé au Xème siècle et démantelé en 1369, sous la seigneurie de la famille des Baux. L’édifice actuel, conçu en plan quadrangulaire, a été bâti au XVème siècle.
Aujourd’hui, il ne reste, de ce magnifique château, que deux ailes, dont une munie d’une tour ronde qui présente encore des maçonneries médiévales.
Depuis 1969, le château est propriété de la commune, il abrite les locaux de la Mairie centrale, une salle d’expositions, dite « Salle des gardes », et la salle des mariages.

La femme du boulanger

En 1938, Marcel Pagnol est un réalisateur reconnu et apprécié de tous. Inspiré par l’ouvrage de Jean Giono « Jean le Bleu », il écrit la « Femme du Boulanger », qui sera son premier long métrage.
Après s’être réconcilié avec Raimu, Pagnol lui donne le rôle du boulanger.
L’été 1938, Marcel Pagnol accompagné de sa troupe pose ses bagages dans la propriété de Raimu à Bandol, et choisi le village du Castellet comme décor pour son film.
« La femme du boulanger raconte l’histoire d’Aimable Castagnier un boulanger installé dans un petit village de Provence, qui voit sa jeune femme s’enfuir avec le berger. Il décide alors de faire la grève du pain. Mécontent de ne plus avoir de pain les villageois se mobilisent pour retrouver l’épouse infidèle. »
C’est sur la place de l’Ormeau qu’est tournée la première scène du film. L’actuelle Auberge de l’Ormeau était à l’époque l’école devant laquelle le maître d’école discutait avec Pétugue. La rue Droite, le Portail, la rue de la Poste où le curé donne une leçon de philosophie, ou encore l’Eglise ont été le décor de scènes cultes.
Sans oublier La maison d’Angèle, 6 rue de l’Aube, la devanture de la boulangerie rue de la Congrégation, où se trouve désormais la galerie La Dame du Castellet, et l’actuelle crêperie du Roy d’Ys, qui était le Cercle Républicain, lieu de répliques cultes telles que « Alors boulanger, tu es cocu ? – Moi ? Oh, que non ! ça c’est un mot pour les riches. Moi si c’était vrai, je ne serais pas cocu, je serais malheureux… ».